L’aromathérapie en cas d’infections

Certaines huiles essentielles ont des propriétés anti-infectieuses très efficaces ! Elles ont l’avantage de ne pas présenter de résistances aux antibiotiques. Elles peuvent traiter les infections virales, bactériennes, fongiques et parasitaires. On peut réaliser un aromatogramme (même principe que l’antibiogramme) pour tester dans une boîte de Pétri différentes huiles essentielles et sélectionner les plus efficaces selon l’infection.

Dans cet article, je vais vous présenter les différentes familles biochimiques anti-infectieuses qui existent, quelques exemples d’huiles essentielles pour traiter les différentes infections et les voies d’administration conseillées en cas d’infection.

Familles biochimiques

Faites bien attention aux contre-indications de certaines familles biochimiques et renseignez-vous auprès d’un professionnel si vous n’êtes pas sûr de vous.

Voici les familles biochimiques les plus efficaces en cas d’infection. Les familles d’huiles essentielles considérée comme puissantes (autant que les antibiotiques) pour les infections sont : les aldéhydes aromatiques et les phénols.

Les astérisque (*) à côté des noms des familles sont là pour vous signaler qu’elles comportent des contre-indications à prendre en compte !

Aldéhydes aromatiques*

Dans la famille des aldéhydes aromatiques on retrouve les Cinnamaldéhydes (huile essentielle de Cannelle de Ceylan/écorce et Cannelle de Chine) et les Benzaldéhydes (huile essentielle de Niaouli).

Phénols*

Dans la famille des phénols, on retrouve les huiles essentielles qui contiennent du Carvacrol (huiles essentielles de Thym à carvacrol et Origan compact), ainsi que de l’Eugénol (huiles essentielles de Clou de Girofle et Cannelle de Ceylan) et du Thymol (huile essentielle de Thym à thymol).

Monoterpénols*

Dans la famille des monoterpénols, on retrouve les Terpinène-4-ol (huiles essentielles de Marjolaine à coquilles, Tea tree, etc.), Menthol (huile essentielle de Menthe poivrée), Géraniol (huiles essentielles de Palmarosa, Géranium rosat, etc.) et le Linalol (huiles essentielles de Lavande vraie, Bois de Rose, etc.).

Aldéhydes terpéniques

Dans la famille des aldéhydes terpéniques, on retrouve les Citrals, Citronnellal et Géranial (huile essentielle d’Eucalyptus citriodora, Verveine citronnée, Mélisse et Lemongrass) et l’Ascaridol (huile essentielle de Boldo).

Monoterpènes*

Dans la famille des monoterpènes, on retrouve les Alpha-Beta-Piènes (huiles essentielles de Marjolaine à coquilles, Pin sylvestre, Sapin baumier, Tea tree, Epinette noire, etc.) et les Limonènes (huile essentielle de Citron).

Oxydes*

Dans la famille des oxydes, on retrouve le 1,8 cinéol (eucalyptol) (huiles essentielles de Ravintsara, Cajeput, Eucalyptus globulus, Eucalyptus radiata, Laurier noble, etc.).

Lactones

Dans la famille des lactones, on retrouve les huiles essentielles de Lavande vraie, Laurier noble, Camomille allemande, etc.

Sesquiterpènes

Dans la famille des sesquiterpènes, on retrouve l’huile essentielle de Myrrhe amère.

 Familles biochimiques
Familles biochimiques qui sont efficaces en cas d'infection- Aldéhydes aromatiques
- Monoterpénols
- Phénols
- Oxydes
- Cétones
Familles biochimiques qui soutiennent celles d'en-dessus- Aldéhydes terpéniques
- Lactones
- Phtalides
- Ethers
- Monoterpènes
Familles biochimiques peu efficaces- Esters
- Coumarines
- Sesquiterpénols
- Sesquiterpènes

Infections et huiles essentielles pertinentes

Voici quelques exemples de bactéries/champignons et quelques huiles essentielles efficaces contre celles-ci.

  • Aspergillus: l‘aspergillose est une infection qui affecte habituellement les voies respiratoires inférieures et est causée par l’inhalation de spores du champignon filamenteux Aspergillus.
    • Huiles essentielles efficaces : Clou de girofle, Lemongrass, Cannelle de Ceylan, Tea tree, etc.
  • Candida albicans : la candidose est une infection due à Candida albicans, qui se manifeste par des lésions cutanée sur les muqueuses.
    • Huiles essentielles efficaces : Clou de girofle, Lavande vraie, Palmarosa, Lemongrass, etc.
  • Clostridium difficile : le clostridiu difficile provoque une inflammation du côlon qui engendre des diarrhées.
    • Huiles essentielles efficaces : Géranium rosat, Lemongrass, Marjolaine à coquilles, Cannelle de Ceylan, etc.
  • Elicobacter pylori : la bactérie Elicobacter pylori provoque en général une inflammation de l’estomac.
    • Huiles essentielles efficaces : Clou de girofle, Lemongrass, Verveine citronnée, Litsea, etc.
  • Escherichia coli : le plus souvent, elle provoque une infection urinaire ou une gastro-entérite.
    • Huiles essentielles efficaces : Palmarosa, Origan compact, Laurier noble, Lavande vraie, Lemongrass, Orange douce, etc.
  • Pseudomonas aeruginosa : elle provoque des inflammations à différents endroits du corps.
    • Huiles essentielles efficaces : Basilic tropical, Clou de girofle, Lavande vraie, Eucalyptus citriodora, Tea tree, Marjolaine à coquilles, etc.
  • Salmonella : la salmonelle est une infection causée par la salmonella et provoque des diarrhées, de la fièvre, des douleurs abdominales, etc.
    • Huiles essentielles efficaces : Marjolaine à coquilles, Cannelle de Ceylan, Thym thymol, Clou de girofle, etc.
  • Staphylocoque doré :elle provoque des inflammations au niveau cutané (furoncle, panaris, impétigo, etc.)
    • Huiles essentielles efficaces : Tea tree, Romarin 1,8 cinéol, Marjolaine à coquilles, Lemongrass, Géranium rosat, Lavande vraie, etc.

Infections bactériennes et huiles essentielles pertinentes

Dans les infections bactériennes, les huiles essentielles les plus efficaces sont : Thym à carvacrol, Cannelle de Ceylan, Origan compact, Sarriette des montagnes, Bois de rose, Lemongrass, Myrrhe amère, Marjolaine à coquilles, etc. On privilégie donc les familles biochimiques suivantes : les aldéhydes aromatiques, les phénols, les monoterpénols, les cétones et les oxydes.

Infections virales et huiles essentielles pertinentes

Dans les infections virales, les huiles essentielles les plus efficaces sont : Clou de Girofle, Thym linalol Eucalyptus globulus, Cannelle de Ceylan, Cyprès, Palmarosa, Bois de Hô, Orange douce, Eucalyptus radiata, Pin sylvestre, Laurier noble, Ravintsara, Tea tree, Citron, etc.

Infections fongiques et huiles essentielles pertinentes

Dans les infections fongiques (champignons), les huiles essentielles les plus pertinentes sont : Cannelle de Ceylan, Palmarosa, Tea tree, Lemongrass, Litsea, Thym thymol, Eucalyptus citriodora, etc.

Recommandations et voies d’administration

On privilégiera la voie cutanée pour traiter les infections. Attention aux contre-indications de certaines huiles essentielles. En synergie préventive, vous pouvez faire une préparation avec 10% d’huiles essentielles (pour un adulte, sans problème de santé particulier). Pour traiter une infection présente, vous pouvez faire un mélange avec 15% d’huiles essentielles (toujours pour un adulte sans problème de santé particulier). Pensez à changer les zones d’application des huiles essentielles (par exemple : le matin mettre à l’intérieur des poignets, à midi sur le thorax et le soir au niveau de l’intérieur des cuisses).

Si vous souhaitez prendre par voie orale les huiles essentielles, faites attention au dosage, à la dilution et aux contre-indications (par exemple: les phénols sont dermocaustiques et hépatotoxiques, vous les prendrez donc sur une période très courte (maximum 7 jours si vous êtes un adulte sans problème de santé particulier) et mise dans des gélules à avaler avec une huile essentielle hépatoprotectrice (ex: huile essentielle de Citron)). Si vous ne souhaitez pas prendre de gélule, vous pouvez aussi déposer l’huile essentielle sur un bout de mie de pain que vous refermerez sur elle-même avant de l’avaler avec de l’eau.

Pour les enfants qui ont une infections au niveau respiratoire, il est possible d’utiliser la voie rectale. Respectez bien les dosages et demandez à votre pharmacien de vous préparer les suppositoires.

Ne vous précipitez pas sur les huiles essentielles à haut potentiel anti-infectieux (je pense aux phénols et aldéhydes aromatiques) si vous n’avez pas une infection “grave” (par exemple, si vous avez un rhume), vous privilégierez à la place les huiles essentielles anti-infectieuses plus douces dans un premier temps (la plupart ont, en plus, des propriétés antivirales et immunostimulantes).

La durée du traitement est entre 7 et 10 jours (continuez quelques jours même si les symptômes viraux ont disparu avant une semaine). Les 3 premiers jours, vous pouvez augmenter la fréquence d’utilisation des huiles essentielles en cas de forte infection.

L’infection doit toujours être diagnostiquée par un médecin avant d’utiliser les huiles essentielles.

Adaptez le dosage en fonction de l’âge et des pathologies/antécédents de la personne. N’hésitez pas à demander de l’aide un professionnel des huiles essentielles en cas de doutes.