Test de la recette du dentifrice en poudre au Siwak d’Aroma-Zone

J’ai acheté récemment le coffret d’Aroma-Zone pour fabriquer son dentifrice en poudre au Siwak car j’avais beaucoup entendu parlé des propriétés du Siwak pour se laver les dents.

Le coffret se compose de poudre de Siwak (30 grammes), de bicarbonate de soude (100 grammes), de charbon actif (1 gramme), de l’huile essentielle de Menthe verte (2mL), d’un pot de 50g, d’une petite cuillère, d’une étiquette vierge et de la fiche recette. Les quantités sont suffisantes pour fabriquer deux fois la recette.  

Selon Aroma-Zone, “Ce dentifrice à la poudre au Siwak, nettoie les dents en douceur, apporte un goût très frais et purifie l’haleine grâce à l’huile essentielle de Menthe verte. Le charbon végétal procure son effet blanchissant à ce dentifrice 100% naturel.”

Très simple à fabriquer (il suffit juste de mélanger les ingrédients ensemble) je trouve que ce dentifrice a un goût particulier à l’utilisation. On sent beaucoup le goût du bicarbonate de soude et seulement un peu le goût de l’huile essentielle de Menthe verte. Ce qui donne un goût un peu amer-salé. Il nettoie efficacement les dents malgré tout. Il ne mousse pas car il ne contient pas de tensio-actif. Le charbon ne laisse pas de traces noires sur les dents.

Ce dentifrice est une bonne alternative au dentifrice industriel. Le seul bémol serait le goût particulier qu’il donne en bouche.

 

Shampooing liquide Activ’ Repousse cheveux

Voici un shampooing liquide qui favorise la repousse des cheveux et qui donne pas mal de volume aussi !

Ce shampoing est composé d’une base lavante neutre, de Coco Silicone, de Glycérine végétale, d’huile essentielle de Cèdre de l’Atlas, de Gingembre et de Romarin verbénone.

Précautions d’emploi : Usage externe uniquement.

Lire la suite

Soins cocooning comme une chantilly de Karité

Avec la pluie et le froid de retour, notre peau mérite d’être un peu cocoonée. Ce baume “mousseux mais pas trop et qui ne laisse pas la peau trop grasse” permet de nourrir la peau en profondeur et de fournir une protection contre les agressions de l’hiver (froid, vent, etc.).

Ce baume est composé de beurre végétal de Karité (protège, adoucit et restructure les peaux abîmées), d’huile végétale de Rose musquée (nourrit les peaux sèches et sensibles), d’huile végétale de Chanvre (redonne de la douceur et de l’élasticité à la peau), d’huile végétale de Framboise (très riche en vitamine E et en caroténoïdes, ce qui permet de lutter contre le vieillissement de la peau, est aussi restructurante et appaisante), d’amidon de maïs (qui va permettre de diminuer l’effet gras de la préparation), et d’Aloe vera (soigne les peaux déshydratées et desquamées).

Précautions d’emploi : Usage externe uniquement.

Les argiles

Introduction

Les argiles sont issues de roches sédimentaires riches en minéraux et en oligo-éléments (par exemple les silices, le magnésium, le fer, l’aluminium, etc.). Elles sont depuis longtemps utilisées pour les soins de la peau. Les Égyptiens déjà utilisaient des masques à base d’argile pour entretenir leurs peaux. Les gladiateurs quant à eux les utilisaient en cataplasme pour soigner leurs blessures.

En effet, grâce à leur pouvoir adsorbant, c’est-à-dire la capacité de fixer des molécules à leur surface, la peau est nettoyée en profondeur et les pores se referment. Ce sont également d’excellentes antiseptiques.

En imbibant une argile avec de l’eau ou un hydrolat, il se forme une pâte qu’il est aisé d’appliquer sur le visage ou le corps. Il ne faut pas laisser un masque d’argile sécher sur la peau mais l’enlever au bout de 10-15 minutes environ (tout en sprayant de l’eau ou de l’hydrolat pour ré-humidifier le masque entre-temps) car sinon la peau se déshydrate.

En cosmétiques, il est nécessaire d’éviter de mettre les argiles en contact avec de l’inox ou du métal car elles attaqueraient ces derniers. Il est donc recommandé d’utiliser des ustensiles en bois, en verre ou en porcelaine.

http://les-argiles-du-soleil.fr/Contact.htm

Lire la suite

Comment faire un macérat ?

Faire un macérat, c’est très simple !

Pour commencer, allez cueillir des fleurs dans la nature (pas au bord d’une route à côté d’un trottoir !). Faites-les sécher complètement. C’est très important de les faire sécher car sinon elles vont rapidement moisir pendant la macération et vous n’aurez plus qu’à jeter le macérat.

La macération à froid

C’est une des deux méthodes de macération que l’on peut utiliser. Personnellement, je trouve que cette méthode donne un meilleur macérat au final.

Remplissez un bocal en verre de ces fleurs séchées. Rajouter de l’huile végétale (vous avez le choix de l’huile/des huiles que vous désirez (par exemple: l’huile d’olive, huile d’amande, huile de jojoba, etc.)) et couvrez complètement les fleurs avec l’huile. Fermer le bocal hermétiquement et placez-le à l’abri du soleil et dans un endroit tempéré (pas besoin de le descendre à la cave).

Chaque semaine, mélanger le contenu en retournant 2-3 fois le bocal. Après 3-4 semaines, le macérât est prêt. Vous pouvez passer à l’étape de la filtration. Ne gardez que l’huile/les huiles chargée(s) en principes actifs des fleurs.

La conservation d’un macérât n’est pas très longue, il est important de l’utiliser assez rapidement, quitte à en faire de petites quantités à chaque fois. Vous pouvez rajouter de la vitamine E pour le conserver plus longtemps (la vitamine E permet d’éviter le rancissement de l’huile).

Lire la suite

Réussir une émulsion

Comme pas mal de monde, quand j’ai commencé à créer mes cosmétiques, j’avais une peur bleue de faire une crème à partir d’une émulsion. Pour moi, cela signifiait une étape impossible à réussir. Et pourtant… J’ai pu par la suite constater qu’une émulsion, c’est simple à faire et à réussir !

Voilà une petite explication sur ce procédé :

Définition trouvée sur ce site :

Une émulsion est la dispersion d’un liquide en fines gouttelettes dans un autre liquide. Ces deux liquides doivent être non miscibles et avoir des solubilités différentes. Le liquide sous forme de gouttelettes est appelé phase dispersée (ou discontinue), tandis que l’autre liquide est appelé phase dispersante (ou continue). Les émulsions sont considérées comme étant des systèmes dispersés.

Dans la cosmétique maison, une émulsion se crée depuis une phase aqueuse (eau et/ou hydrolat(s)) et d’une phase huileuse (huile(s) végétale(s) et émulsifiant). L’émulsifiant va permettre aux deux phases de se mélanger et de rester ensemble.

Lire la suite

Les composés utiles dans la création de cosmétiques “maison”

Les huiles végétales

Les huiles végétales nourrissent et protègent la peau car elles sont riches en acides gras, en vitamines et en actifs naturels. Ces huiles constituent l’ingrédient de base pour la fabrication des baumes et des crèmes. On les utilise également pour la création de shampoing solides.

Il est nécessaire de choisir des huiles de première pression, à froid, et si possible bio pour créer un cosmétique de qualité et naturel.

Chaque huile végétale a un indice de pénétration dans les couches de la peau. Prenons comme exemple une huile végétale pour chaque couche:

  • l’huile végétale d’Avocat va pénétrer dans la couche cornée de la peau (Stratum Corneum)
  • l’huile végétale d’Argan va  être absorbée dans l’épiderme (Epidermis)
  • l’huile végétale de Calophylle va aller s’introduire dans la couche du derme (Dermis)
  • Pour finir, l’huile végétale de noisette va s’infiltrer dans l’hypoderme (hypodermis)

Il est intéressant de choisir précisément les huiles végétales que l’on veut mettre dans une crème faite maison, car son “lieu d’action” diffère selon les huiles végétales.

Les hydrolats ou Eaux florales

Les hydrolats sont issus de la distillation des huiles essentielles (article le procédé de la distillation ici).

Ce sont de véritables actifs qui remplacent ou accompagnent la phase aqueuse dans la fabrication de cosmétiques maison.

Comme exemple, un hydrolat très apprécié par plusieurs personnes est l’hydrolat de Rose de Damas. Il permet de lutter contre le vieillissement cellulaire de la peau et apaise les rougeurs et le prurit.

Les hydrolats ne sont pas déconseillés aux femmes enceintes car ils ne contiennent que 0.01 à 0.04% d’huile essentielle, pourcentage trop faible pour influencer la grossesse ou le développement du fœtus.

Lire la suite